contre le décret De Robien : lettre aux parents (collège d’Aups)

Dans le corps du message et en pièce jointe, le courrier distribué aux parents d’élèves du collège d’Aups pour expliquer l’opposition au décret De Robien sur les obligations de service.
Plusieurs collègues ont participé à la rédaction, et des courriers faits dans d’autres bahuts et circulant sur le Net ont aussi été utiles...

L’Assemblée Générale des enseignants

du collège Henri Nans

{{}}

aux parents d’élèves du collège Henri Nans

{{}}

Aups, le 24 janvier 2007

Madame, Monsieur,

Vous avez sans doute entendu parler du conflit actuel entre le ministre de l’Éducation Nationale M. De Robien d’une part, et l’ensemble des personnels d’autre part. Ainsi une grève a-t-elle eu lieu le 18 décembre, mais aussi une manifestation nationale à Paris le samedi 20 janvier (une dizaine de nos collègues y sont allés, le déplacement étant auto-financé par l’ensemble des personnels). Si le ministère persistait dans son intransigeance, d’autres initiatives auront lieu dans les prochaines semaines.

Nous vous écrivons donc afin de vous donner les vrais motifs de ce conflit. Il résulte d’un projet de décret, dont nous demandons le retrait, et visant à dénaturer les conditions de travail des enseignants. Il ne s’agit pas seulement du temps de travail des enseignants comme veut le faire croire une certaine presse, car ce projet de décret contient aussi d’autres éléments extrêmement graves :

1) il vise avant tout à supprimer des emplois. Déjà plus de 25000 emplois ont été supprimés dans les collèges et lycées depuis quatre ans, soit largement plus que la baisse démographique. Ainsi le projet de décret permet selon les calculs ministériels de « récupérer » environ 3000 postes. Ce sont autant de possibilités d’emploi en moins pour une grande partie des jeunes qui achèvent leurs études universitaires, sans compter les jeunes enseignants sous contrat précaire qui ont déjà été licenciés par milliers. Nous considérons que cette manière de traiter la question de l’emploi des jeunes est inacceptable.

2) il s’accompagnerait de suppressions : des options, du travail en demi-groupes, de classes de soutien aux élèves en difficulté... Pour avoir perdu au cours des dernières années toutes ces classes de soutien (5e de soutien, 4e de remise à niveau, 3e d’Insertion), nous pouvons déjà évaluer les répercussions négatives sur les études des élèves et une difficulté accrue pour leur permettre une orientation positive.

3) il met en cause la qualité de l’enseignement. Par exemple :
- un enseignant pourra être obligé de donner des cours dans une autre matière que celle pour laquelle il est qualifié (bivalence disciplinaire) : il est impensable de donner un enseignement adapté dans ces conditions (enseigner ne se limite pas à garder des enfants dans une salle !).
- un enseignant pourra être affecté sur deux ou trois établissements à la fois, très éloignés le cas échéant : comment un tel professeur pourra-t-il participer à toutes les réunions parents-profs, à tous les conseils de classe, comment pourra-t-il travailler en concertation avec ses collègues ?
- aujourd’hui l’UNSS (association sportive du mercredi après-midi) est garantie, avec le projet de décret elle pourrait être supprimée à plus ou moins court terme dans de nombreux établissements dont le nôtre. Au nom de quoi les élèves, notamment de notre collège, n’auraient-ils plus la possibilité de participer à des activités sportives pour une somme limitée (18 euros/an), et offrant un large éventail d’activités sportives ? Alors même que les clubs sportifs sont peu développés en particulier dans le Haut-Var... et pourquoi pas dans un avenir proche supprimer définitivement l’EPS ?

Vous voyez donc aisément que les conséquences de ce décret pourraient être très graves pour la formation dispensée dans notre pays. Agir pour le retrait de ce décret c’est donc aussi défendre l’emploi des jeunes, leurs conditions d’études et de formation, et le bon fonctionnement de l’école publique pour assurer pour tous une formation de qualité.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’expression de nos salutations respectueuses.

(au verso : pour votre information, le communiqué de représentants d’enseignants et de parents d’élèves d’établissements du Haut-Var et du Centre-Var, concernant la préparation de la rentrée 2007).