Il y a des urgences revendicatives : ne les ratons pas !

Tribune libre de la tendance Emancipation à paraître dans le prochain bulletin du SNES de Nice.

Tribune libre de la tendance Émancipation

Il y a des urgences revendicatives :

ne les ratons pas !

Nous sommes quelques-unEs à revenir d’un congrès national de la FSU, où nos directions nationales ont été plus occupées par leurs intérêts d’appareil que par la lutte pour le retrait du décret De Robien sur les obligations de service (au point de refuser de se prononcer clairement dessus !), contre la précarité ou les suppressions de postes...

... et pourtant il y aurait à dire et à faire sur ces sujets !
Tout d’abord agir réellement contre le décret De Robien, question étroitement liée à celle de la précarité qui touche de plus en plus nos collègues. En effet, la première attaque contre les statuts, c’est le recrutement (suivi de plus en plus souvent du licenciement) de collègues sous statut précaire. Les personnels qui sont descendus dans la rue ont très bien compris les graves conséquences de ce décret. Une intersyndicale du second degré très large qui a le mérite d’exister se prononce pour le retrait du décret ; mais si appeler à l’action est utile, l’organiser concrètement en partant de la base, de chaque établissement, est indispensable ! Pourquoi la direction du SNES ne soutient-elle pas, ne popularise-t-elle pas, les actions qui organisent cette résistance sur le terrain ?
La même question se pose en réaction aux importantes suppressions de postes prévues pour la prochaine rentrée. Elles constituent une application anticipée du décret De Robien bien entendu, mais aussi l’application de la Loi d’orientation sur l’école et de la politique scolaire du gouvernement : précarité, flexibilité et casse des statuts pour les personnels, tri social accentué et minimum éducatif pour la jeunesse scolarisée.

Face à ces attaques, il y a deux voies possibles pour notre syndicat :
- celle choisie actuellement par nos directions nationale et académique : se contenter de répercuter passivement et suivre au niveau local les seuls appels nationaux à des actions sans perspectives, si ce n’est l’attente illusoire d’échéances électorales, en refusant toute idée d’initiatives coordonnées sur le terrain local ou départemental... voie qui mène à l’échec et au découragement.
- au contraire, encourager, soutenir et faire connaître les initiatives partant des établissements, créer une perspective et un espoir dans la lutte en permettant aux collègues de la prendre en charge, en lien avec les initiatives intersyndicales décidées sur le plan national. C’est ce que nous proposons.
- développer ainsi des formes d’organisation permettant le renforcement et le maintien de la mobilisation pendant les vacances dans la perspective d’une grève dure, qui est incontournable.

Dans notre académie, des établissements prennent contact entre eux, à partir de débats à la base et dans les AG de personnels, parfois en lien avec les parents d’élèves, pour organiser l’action contre les mauvais coups en préparation : élaboration de revendications, coordination des actions de refus, manifestations communes, visibles et même festives, etc... c’est pour nous la meilleure façon de donner envie d’agir aux personnels. Il est urgent de choisir des pratiques syndicales permettant de gagner, de cesser de se défausser sur la faible mobilisation de collègues qui ne seraient pas capables de luttes déterminées et menées démocratiquement : les personnels sont disponibles pour agir, donnons-leur les outils efficaces pour cela !

Contact : emancipation83@wanadoo.fr

Site Internet : http://83.emancipation.fr/

Navigation

Brèves Toutes les brèves