Education prioritaire, REP +, conditions de travail … CONTRE L’AUSTERITE

, par  Emancipation 83

Ci-dessous un article des militant-e-s Emancipation du SNUipp 83, publié dans le journal de mars de ce syndicat.

Education prioritaire, REP +, conditions de travail …
CONTRE L’AUSTERITE

Le 09 avril, la CGT, FO, Solidaires et la FSU organisent une journée de grève interprofessionnelle contre l’austérité. En effet, avec le "pacte de responsabilité", le gouvernement programme une politique de plus en plus dure pour les salarié-e-s et les services publics.
Dans l’Education, ces mesures d’austérité se traduisent par : classes surchargées, réforme des rythmes scolaires, précarité, conditions de travail de plus en plus pénibles… prenons un seul exemple : l’éducation prioritaire.

Le "réforme" de l’éducation prioritaire ne cesse d’alimenter la colère de toutEs, avec notamment :
- l’application anticipée des nouveaux statuts des enseignantEs : au lieu de disposer de plus de temps pour travailler en équipe, d’avoir une charge de travail allégée… c’est l’inverse qui se passe
- la nouvelle carte de l’éducation prioritaire : loin de répondre aux besoins du terrain, elle applique quatre critères nationaux dans le cadre de moyens constants, c’est-à-dire de redéploiements (un établissement de plus en éducation prioritaire = un établissement qui en sort).

Pour justifier sa politique, le Ministère a présenté « 14 mesures clés » pour refonder l’éducation prioritaire.
La plupart d’entre elles n’ont pas de réelles traductions sur le terrain, faute de moyens : scolarisation des moins de 3 ans, infirmierEs scolaires dédiés aux écoles, assistantEs sociaux... On note aussi que « l’éducation prioritaire servira de base pour construire des projets sociaux et faire évoluer les pratiques pédagogiques », ceci pour mieux imposer l’école du socle minimal et les référentiels de compétences. Et enfin, on nous parle « d’incitations fortes pour stabiliser les équipes (rémunérations plus attractives, valorisation dans la carrière et affectations ciblées) ». Autrement dit diviser d’avantage la profession, créer des salaires au mérite, mettre en place des postes à profil et amplifier le rôle du directeur vers la création d’un statut.
Face à cela, des mobilisations fortes se sont développées dès décembre dans nombre d’écoles ou d’établissements, portant des revendications légitimes :
- une carte adaptée aux besoins éducatifs, sur la base de critères claires et objectifs, et non une enveloppe globale fixée par le ministère : aucune sortie de l’éducation prioritaire
- des effectifs réduits, un dispositif "plus de maîtres que de classes" renforcé
- aucune déréglementation, contrairement à ce qui se passe dans les "REP+ préfigurateurs"
- création des postes statutaires nécessaires et titularisation de touTEs les précaires sans condition
- … et donc le retrait de la réforme gouvernementale de l’éducation prioritaire

Voici une des raisons pour lesquelles il est nécessaire d’être massivement en grève le 09 avril et faire le nécessaire pour que ce ne soit pas une simple "journée d’action" sans lendemain, c’est à dire :
- un appel à la grève dans tous les secteurs ; tous/toutes ensemble, pour une vraie grève générale interprofessionnelle, pour bloquer le pays et donner un coup d’arrêt à la politique d’austérité.
- la tenue d’AG intersyndicales et souveraines à tous les niveaux pour discuter et contrôler la mobilisation et décider démocratiquement des formes de luttes et des revendications.

http://83.emancipation.fr.
er@emancipation.fr

Navigation

Brèves Toutes les brèves