Communiqué des enseignants de philosophie du lycée Jean Moulin (Draguignan)

, par  Emancipation 83

L’équipe pédagogique de philosophie du lycée Jean Moulin (Draguignan) refuse la suppression des dédoublements en série S (à partir de la rentrée 2012) et en série STG (à partir de la rentrée 2013) telle qu’elle est programmée par la réforme des lycées dans les classes de Terminale.

La fin de ces dédoublements entraînerait à l’évidence des difficultés supplémentaires pour enseigner dans les classes des séries S et STG, mais également un surcroît de travail en augmentant mécaniquement dans nos services le nombre de classes par enseignant.

Ainsi, un enseignant n’ayant en charge que des classes de série STG pourrait avoir à partir de la rentrée 2013 jusqu’à 9 classes (au lieu de 6 aujourd’hui), ce qui dans l’état actuel des choses pourrait entraîner (35 élèves x 9 =) 315 élèves. Avons-nous idée du temps de correction que cette situation nous imposerait ?

Nous sommes bien conscients que ces mesures touchant notre discipline s’inscrivent dans une réforme qui, plus généralement et au-delà de l’enseignement de la philosophie, ne vise qu’à supprimer des postes au détriment des conditions de travail de tous.

Nous souhaitons faire savoir à l’ensemble des collègues de philosophie que, si rien n’est fait pour maintenir les dédoublements en série S et STG, nous dédoublerons de fait la deuxième heure de philosophie en série S (2+1) et la première heure en série STG (1+1), en refusant sur ces heures de prendre en charge plus d’une demi-classe.

Nous appelons l’ensemble de nos collègues à agir de même et à le faire savoir.
Nous demandons à l’APPEP ainsi qu’aux organisations syndicales de soutenir et d’appuyer cette démarche.

Nous donnons rendez-vous à l’ensemble de nos collègues le premier jour des réunions d’harmonisation, afin qu’une discussion collective puisse avoir lieu sur les actions à mener pour entraver la mise en place de cette "réforme", sans qu’aucune piste ne soit a priori écartée (rétention des notes, refus de prendre en charge les corrections, etc.).

Enfin, et bien entendu, nous n’opposons pas ces propositions d’action à des formes d’action plus larges, dépassant le seul corps des enseignants de philosophie.

Julien PERBOST
Alexandre POTTIER
Guillaume BASSAGET

Navigation