Quelle stratégie syndicale pour la rentrée ?

, par  Emancipation 83

Il y a en effet de quoi se poser cette question ! Voici les propositions défendues par Emancipation lors du conseil syndical académique du SNES de juin (motion rejetée... hélas !).

Conseil syndical académique du SNES
Motion Emancipation sur l’action

{{}}

Les attaques continuelles du gouvernement, sous différents ministères pèsent de plus en plus lourdement sur le système éducatif et sur l’ensemble de la Fonction publique. La liste est longue : des milliers de suppressions de postes et de fermetures de classes, l’offensive contre les statuts et la précarité galopante dans les services publics, le blocage des salaires, la répression contre les immigrés, les contre-réformes ségrégatives vis-à-vis des enfants des classes populaires, les cadeaux à l’enseignement privé…

Dans ce contexte, la volonté de lutte des personnels, mais aussi des parents d’élèves dans de nombreuses localités, reste intacte : des collègues et des parents d’élèves sont dans l’action depuis des semaines pour s’opposer à la politique ministérielle. Des initiatives se sont développé dans les communes, les départements…

Mais ce qui manque encore pour l’emporter, c’est la coordination de ces résistances locales, par des mots d’ordre unifiants et des actions de centralisation des luttes à l’initiative des syndicats.

Pour le SNES de Nice, les actions impulsées n’ont pas permis de construire cette convergence des résistances : le 18 mai un rassemblement devant le ministère dans le premier degré. Le 20 mai une « nuit des écoles » à l’initiative de sections de la FCPE. Le 31 mai, une journée d’action dans la Fonction publique... Mais les revendications et formes d’action proposées sont loin de répondre à ce qui est nécessaire.

Il y a donc urgence à mettre en avant certaines priorités :
- l’annulation de toutes les suppressions de postes.
- la défense de l’école publique laïque, avec notamment l’abrogation de tous les textes qui organisent son démantèlement (loi d’orientation de 2005, LRU et LMD, loi de 2009 “formation tout au long de la vie” et LPC…)
- la défense des statuts et des conditions de travail des personnels : lutte contre tous les dispositifs d’individualisation salariale programmés par le gouvernement avec la revendication d’une augmentation générale des salaires (300 euros pour toutes et tous), rattrapage du pouvoir d’achat perdu depuis 20 ans et garantie par l’augmentation des salaires en fonction du coût de la vie (selon un indice défini et contrôlé par les syndicats).
- l’organisation des non-titulaires, afin de lutter pour le réemploi et la titularisation de toutes et de tous.

C’est en mettant en avant ces perspectives que l’on peut contribuer à créer les conditions d’une lutte d’ensemble contre la politique gouvernementale. Le SNES de Nice propose que le SNES reprenne l’initiative sur le plan national :
- dans le cadre de la FSU, en préparant dès maintenant le refus de faire la prochaine rentrée scolaire, par l’appel à des AG dans la perspective d’un appel à la grève dès le premier jour de la rentrée. Contact sera puis avec les fédérations syndicales de l’éducation, sur ces bases.
- en impulsant ou en poursuivant, dans le cadre fédéral, des campagnes sur les contre-réformes en cours et la nécessité de leur abrogation. Dans l’immédiat, cela impose aussi pour la FSU de rompre avec la logique du « dialogue social » visant enfermer les organisations syndicales dans l’accompagnement de la mise en œuvre des décisions du pouvoir.

Navigation

Brèves Toutes les brèves