votes internes au SNUipp : Contre le sabordage de l’Ecole publique laïque, pour une autre orientation, votons Émancipation !

, par  Emancipation 83

Du 20 septembre au 19 octobre, les syndiqué-e-s du SNUipp-FSU (le principal syndicat dans le premier degré) vont voter pour choisir l’orientation de leur syndicat. Nous reproduisons ci-dessous le texte d’"Emancipation", qui propose aux syndiqué-e-s une orientation syndicale de lutte alternative à celle de la direction nationale.
Il est temps que le syndicalisme de lutte s’exprime dans le SNUipp !

Contre le sabordage de l’Ecole publique laïque
Pour une autre orientation
Votons Émancipation

L’Éducation Nationale a connu ces 3 dernières années des attaques meurtrières contre ses structures, missions, et moyens de fonctionnement ; les élèves et les personnels en sont les premières victimes :
- 40 000 suppressions de postes
- diminution constante de postes au concours (de 10000 en 2008 à 3154 en 2011 !)
- jardins d’éveil (produit d’appel pour "fidéliser la clientèle" dans l’enseignement privé) menaçant l’Ecole maternelle
- semaine de 4 jours + 2 h d’AP, démantèlement des RASED, alourdissement de la journée scolaire
- programmes rétrogrades et mécanistes
- évaluations CE1 et CM2 mettant en concurrence les écoles, introduisant des divisions par le jeu des primes, prélude au salaire au mérite
- SMA attaquant le droit de grève et tentant d’opposer enseignants et parents
- Formation/mastérisation, déni de toute pédagogie et mise à mort des IUFM, menant à la disparition des titulaires au profit d’un gigantesque vivier de futurs précaires.

Face à cette régression sociale dans l’Education nationale comme pour l’ensemble des salariéEs (attaque sur les retraites et l’ensemble des acquis sociaux, démantèlement / privatisation des services publics, attaque du doit du travail et des statuts, xénophobie d’Etat et stigmatisation des Roms, des étrangers…), la direction Unité et Action/École Émancipée du SNUipp aurait du être en première ligne pour organiser la riposte. Or le positionnement du premier syndicat du primaire tient depuis 3 ans du grand écart et ses choix sont lourds de conséquences  :
- refus d’étendre les luttes en s’appuyant sur les plus mobilisés (désobéisseurs, Ile de France, mobilisations du supérieur pour le retrait des réformes de la maternelle à l’université…)
- stratégie de lutte qui, sous couvert d’unité syndicale large et de rebonds futurs, donne raison au moins disant syndical, égraine des journées d’actions qui démobilisent les salariéEs et les isolent secteur par secteur
- syndicalisme d’accompagnement recherchant « le dialogue social » avec Sarkozy, plutôt que la construction d’un rapport de force
- aucun mot d’ordre clair, mais des consignes attrape-tout n’entraînant personne dans l’action
- presse syndicale bien pensante qui ne permet ni de mesurer l’ampleur et la cohérence des attaques, ni de respecter l’expression des tendances
- absence de réaction face aux multiples remises en cause de la laïcité scolaire favorisant l’enseignement confessionnel
- incapacité à défendre une position fédérale offensive et commune sur la formation des enseignants
- choix d’intégration à marche forcée dans des structures d’accompagnement du capitalisme (CES, CSI).

Il est urgent d’en finir avec orientation qui accompagne les contre réformes, en « négociant » vainement avec un gouvernement qui ne lâche rien.

Pour stopper, toutes et tous ENSEMBLE, le démantèlement de l’école publique laïque et s’opposer à la casse des statuts, Émancipation appelle les syndiquéEs à choisir une orientation syndicale qui :
- exige le retrait des contre-réformes qui démantèlent l’EN et les acquis sociaux
- rompe avec le « dialogue social », piège de Sarkozy, qui paralyse et discrédite le syndicat
- fasse échec à la mastérisation et refuse la fonction de Maître d’Accueil Temporaire
- combatte la précarité en exigeant la fin du recrutement de non titulaires et la titularisation sans conditions des précaires déjà en poste
- s’oppose l’individualisation des salaires et exige des augmentations uniformes pour touTEs
- milite pour la nationalisation sans indemnité ni rachat de l’enseignement privé, confessionnel et patronal
- rejette une stratégie de grèves saute-moutons quand c’est la grève générale qu’il faut construire en proposant aux AG des mobilisations à la hauteur
- promeuve le droit d’expression des syndiquéEs et des tendances.

Pour redonner confiance dans le syndicalisme de lutte et pour construire une école de la coopération, émancipatrice et laïque, votez Émancipation.

Philippe LEVET

Navigation

Brèves Toutes les brèves