Une présentation de nos positions

Ci-dessous l’édito d’une brochure qui présente nos positions de manière générale. La totalité de la brochure se trouve en pièce jointe. Nous la complèterons ultérieurement, mais vous pouvez déjà avoir un aperçu.
Par ailleurs, des articles présentant nos réflexions sur la laïcité et la formation des maîtres se trouvent aussi en pièce jointe.

L’éditorial

Eternels Sisyphes ou porteurs de l’étincelle de Prométhée ?

Sommes nous condamné-e-s à résister éternellement... et céder peu à peu du terrain à chaque fois ? Depuis la défaite syndicale de 2004 sur les retraites, le mouvement syndical et le mouvement social sont confrontés à des attaques incessantes : sans cesse la droite au pouvoir orchestre de nouvelles agressions, de nouvelles régressions.

Sans cesse nous devons résister à ces attaques, et pour certaines des luttes s’engagent avec succès : la mobilisation exemplaire des jeunes contre le CPE, les points marqués par le Réseau Education Sans Frontières. D’autres fronts de résistance s’organisent contre les refus de régularisation des sans-papiers et les expulsions, la criminalisation des jeunes et le tout-répressif.

Dans l’éducation, les assauts s’enchaînent : après lestentatives de mise au pas des enseignants (apprentissage de la lecture, de la grammaire) arrivent la casse programmée des statuts (décret de 1950), les atteintes à l’égalité avec la désectorisation et les réformes tous azimuts des universités pliées aux lois de la rentabilité.

C’est aussi la remise en cause du principe de la laïcité avec le subventionnement croissant et obligé de l’enseignement privé (article 89 de la loi de décentralisation), le fichage des élèves (base-élèves et sconet), l’utilisation incontrôlable des locaux scolaires et l’exploitation des personnels de service (contrats Région et Conseils généraux)... etc, etc.

Sans cesse courbés sous cette grêle d’attaques, pourrons-nous enfin nous relever, cesser de combattre à reculons, reconstruire des projets positifs pour la société, pour l’éducation ?

Qui peut croire sérieusement que se contenter de s’en remettre aux élections de l’an prochain - présidentielles comme législatives - mènerait à autre chose qu’à des désillusions ? Changer la nature des politiques mises en œuvre - et pas seulement les ralentir, ou les subir sous un "habillage" différent mais identique sur le fond - exige de vraies ruptures, portées par les luttes sociales fortes.

Dans ce contexte inquiétant, les textes préparatoires du Congrès de la "principale force syndicale de l’Education", la FSU, qui nous dit vouloir rénover le syndicalisme, se caractérisent par l’absence de perspectives d’un réel projet social et éducatif doublée d’ une recherche d’adaptation de la revendication au coup par coup aux conditions actuelles.

Il est grand temps de rompre avec ces orientations. L’émancipation de la jeunesse scolarisée et celle de la société ne peuvent se satisfaire de résister aux mesures prises par les plus favorisés en faveur des plus riches.

Il est plus que temps de repartir à l’offensive en particulier dans le cadre de l’action syndicale et de ranimer la petite étincelle que nous avons entrevue quelques instants dans la lutte contre le CPE : lutter tous ensemble pour arracher un réel progrès social pour touTEs.

Emancipation Intersyndicale, Groupe départemental 83
Emancipation83@wanadoo.fr

Une tendance intersyndicale aujourd’hui p.2 à 7
L’originalité d’Emancipation (2005)
Le manifeste d’Emancipation 2004

Petit retour aux sources syndicales p.8 à 12
La motion Bonissel-Valière de 1947
Manifeste de l’Ecole Emancipée 1954