rapport d’activité de la direction du SNES de Nice : votez NON !

Tous les deux ans, le SNES tient son congrès national. Le SNES de l’académie de Nice tient un congrès académique pour le préparer.
Au préalable, les syndiqué-e-s sont invité-e-s à voter sur le rapport d’activité de la direction sortante.
Il s’agit d’une procédure démocratique, qui est importante, nous appelons donc tous les syndiqué-e-s du SNES à voter... et à voter NON !

Contribution de la tendance « Emancipation »

Cautionner les dérives d’un appareil immobiliste ?
Pour nous, c’est « NON » !

Comme tous les deux ans, les syndiqués sont appelés à se prononcer sur l’activité académique et nationale du SNES. Loin d’un simple rituel, ce vote doit constituer l’occasion d’une réflexion syndicale. A cet égard, nous refusons de cautionner de graves manques de l’activité de la direction du SNES...

Un syndicalisme de sommet...

La direction UA se contente de reproduire au niveau académique une logique qui nous semble erronée : s’en tenir à des accords a minima entre directions syndicales nationales, qui ne sont pas réellement mobilisateurs, est une impasse. Les initiatives récentes de l’intersyndicale de l’éducation, sans contenu réel et sans lendemain, jetant l’exclusive sur d’autres organisations (FO, SUD...), ne permettent pas de créer le rapport de forces nécessaire. En témoigne l’échec de la grève du 28 septembre, archétype de la grève sans lendemain, sans action concrète derrière.

Plusieurs fois ces dernières années, cette conception d’appareil a mené à des choix discutables. Deux exemples parmi d’autres :
- aucun appel à la grève lors du mouvement lycéen combattant la loi Fillon sur l’éducation.
- durant la lutte contre le CPE, aucune volonté de poser publiquement la question de la grève générale public-privé.

Plus grave, la direction académique s’est caractérisée par une volonté de lutter contre les structures d’auto-organisation (les AG) dont se dotent les personnels. Ainsi il n’y a eu aucune réunion d’AG lors des différentes grèves (sauf dans le Var en 2005), ni lors du CPE...

... qui ne peut plus continuer comme cela !

Il y a des initiatives positives (relance des sections d’établissement, participation à diverses luttes locales...) Malheureusement elles s’accompagnent d’un début de transformation du SNES : un syndicat est-il un organisme de lutte ou un cabinet d’expertise ? Des caractérisations justes sont formulées sur plusieurs points (précarité par exemple), mais sans en tirer de conséquences concrètes. S’agit-il de commenter les transformations de l’Ecole et d’y adapter le syndicat, pour rester un interlocuteur institutionnel “incontournable et responsable” pour l’administration ? Ou alors d’analyser pour mieux dénoncer et agir contre les régressions ? Plus grave encore, on note une volonté de plus en plus nette de marginaliser les voix critiques dans le SNES.

La direction nationale « Unité Action » / « Ecole Emancipée », mais aussi la direction académique, doivent être sanctionnées par les syndiqués. Il ne s’agit pas de critiquer des personnes, mais de refuser de se contenter d’un syndicalisme d’adaptation - comme semble le vouloir la direction du SNES ; notre « Non » au rapport d’activité se veut une contribution pour agir dans ce sens avec tous ceux et celles qui veulent garder un syndicalisme revendicatif.

Nous appelons donc à voter “NON”
aux rapports de la direction du SNES
au plan national comme académique

Brèves Toutes les brèves