débats au conseil syndical du SNES : quelles perspectives de lutte ?

, par  Emancipation 83

Voici la motion sur l’action qu’Emancipation a déposé au vote du conseil syndical académique du SNES de novembre (motion rejetée). Ce conseil syndical a notamment débattu des perspectives de lutte pour les prochaine semaines, notamment en lien avec la grève du 24 novembre.

Motion action Emancipation

Le gouvernement se donne les moyens pour aller au bout de sa logique : faire payer aux travailleurEs la politique en faveur du capitalisme enn cassant les services publics, les statuts, la protection sociale et les droits fondamentaux.
Ce pouvoir n’est pas invincible : les lycéenNEs d’abord, puis les mobilisations des 29/1 et 19/3, des Antilles, du supérieur et des IUFM l’ont mis clairement en difficulté.
Il est de la responsabilité du syndicalisme de faire converger ces luttes en un mouvement d’ensemble permettant de développer un rapport de force à la hauteur de l’agression gouvernementale. Car la situation actuelle a entrainé une perte de confiance des travailleurEs vis-à-vis des directions syndicales et plus généralement, de l’action collective.

Il n’y a plus de temps à perdre, le syndicalisme doit reprendre la main et, avec d’autres si possible, être à l’initiative d’un mouvement de reconquête.

Ce qui suppose de proposer aux personnels et aux autres syndicats un dispositif sans faille de développement du rapport de force :
- informer rapidement et complètement sur la dangerosité et la cohérence des différentes "réformes" gouvernementales mises bout à bout, montrant la nécessité de tenir dans l’urgence des AG pour décider d’agir touTEs.
- développer des axes revendicatifs unifiants mobilisateurs, comme l’annulation des suppressions de postes, l’abrogation des textes inacceptables déjà publiés (loi mobilité, décrets sur la formation des maîtres et circulaire sur les stages …) et le retrait de la réforme Chatel des lycées, que le SNES analyse comme la reprise de la réforme Darcos combattue l’année dernière.
- réunir le 24 novembre AG locales et départementales inercatégorielles pour décider les suites à donner. Le conseil syndical académique propose de réunir rapidement les instances du SNES à tous les niveaux après le 24 novembre, pour discuter des sites de l’action.
- demander qu’à défaut de satisfaction de ces revendications, la FSU quitte les réunions de concertation en cours, appelle dans les AG à poursuivre l’action et propose au niveau Fonction Publique et interprofessionnel de l’étendre en intégrant y compris les questions salariales et de protection sociale, de précarité et de défense des statuts ;
- Prendre à bras le corps les questions de la répression des opposantEs à la politique gouvernementale (syndicalistes, désobéisseurEs, jeunes, immigréEs…), afin que cette répression ne constitue pas une dissuasion à l’engagement dans l’action, comme le souhaite le pouvoir.
- développer une campagne contre la précarité dans les établissements, pour débattre et mettre en place des moyens enfin efficaces pour mettre fin à ces pratiques.

Navigation

Brèves Toutes les brèves