congrès académique du SNES : le thème 1

, par  Emancipation 83

Thème 1 : c’est le thème du congrès traitant des questions éducatives. Inutile de dire qu’il concernait une question majeure, et même la question la plus « chaude » du moment pour les personnels avec celle de la « masterisation » du recrutement des enseignants : à savoir la réforme du lycée que Darcos veut relancer après son premier échec.

D’une manière générale, ce thème a été marqué par une inflexion vers la gauche du SNES, inflexion qui s’est concrétisée plus globalement dans le congrès national (même si la délégation niçoise du SNES s’est faire remarquer par sa modération à l’égard des « grands chefs » du SNES – toute audace a ses limites...). Nous nous en félicitons, et y avons participé à notre échelle.
Ainsi des positions intéressantes ont été prises face aux mesures gouvernementales, en général dans le sens de formulations de vraies revendications. Des débats ont notamment eu lieu en commission sur les points suivants :
- les dispositifs « dérogatoires » en collège (classes de Troisième d’Insertion, DIMA, etc.)
- les dispositifs interdisciplinaires en collège : le retour des IDD ! Disons-le nettement, sur ce point nous avons des divergences avec la tendance majoritaire. Le précédent des IDD a montré que ce genre de dispositifs est mis en place pour diminuer les heures d’enseignement et qu’ensuite ils sont en général supprimés... et les moyens d’enseignement avec !
- la réforme des lycées : elle est venue sous deux formes. Tout d’abord une forme directe, avec un débat sur le fond : faut-il demander le retrait définitif de la réforme Darcos, faut-il refuser de reprendre des discussions avec le ministère sur la base des « 16 points de convergence » à l’origine du projet Darcos ? A tout cela nous répondons « oui », et nous l’avons fait avec d’autres dans une motion commune Emancipation/Ecole Emancipée/Front Unique. Motion hélas minoritaire, téléchargeable au bas de cette page (14 Pour, 62 Contre, 3 Abstentions). En revanche, notre amendement au texte pour réaffirmer l’appel du SNES à boycotter les "expérimentations" de la réforme en lycée, a permis d’arriver à une position faisant consensus.
Mais le débat est revenu sous un autre biais : celui de la « semestrialisation ». C’est le cœur de l’organisation du lycée proposée par Darcos. Dans le congrès académique un amendement Emancipation refusant toute semestrialisation des enseignements a été adopté, et la semestrialistion de l’année scolaire (qui en est le complément) a été refusée elle aussi. Mais le débat au congrès national a montré que cela n’était pas encore suffisant pour se prémunir totalement face au projet ministériel (voir notre communiqué présent ici).
Une discussion intéressante a aussi eu lieu sur l’organisation de la classe de Seconde, notamment sur la question de savoir s’il fallait un tronc commun très large (solution qui a notre préférence) ou un tronc commun limité. A noter que tout projet de réforme progressiste du lycée bute sur la question de l’horaire des élèves (comment ne pas avoir un horaire déraisonnable si on veut un tronc commun très ample avec beaucoup d’enseignements ?) ; pour notre part, nous considérons qu’il faut réfléchir à une organisation de la scolarité sur quatre ans, permettant ainsi d’étaler les apprentissages.

Finalement, il est incontestable que le congrès académique a « durci » le texte national, avec des aspects plus revendicatifs et pas seulement des considérations générales. Nous avons voté contre la partie consacrée au lycée (car UA reste sur la logique de la « diversification » alors que nous défendons au contraire l’unification des parcours éducatifs), et nous avons voté sur le reste en "abstention" ou en "pour".

Brèves Toutes les brèves