Le congrès académique du SNES, comme si vous étiez !

, par  Emancipation 83

Courant mars s’est tenu le congrès académique du SNES. Nous le présentons rapidement ci-dessous, et dans un autre article nous mettons des liens vers les différents thèmes qui ont été traités.

Un congrès à la participation moyenne. En guise de plat de résistance, le travail sur les différents thèmes de congrès qui définissent les mandats du SNES. Au total, c’est mitigé,voir l’article suivant sur les thèmes du congrès.
Participation moyenne donc, avec au total 6 S1 ("S1" = section d’établissement) porteurs de mandats (collèges d’Aups, Barjols, Jean Cocteau, lycées de Valbonne et Saint-Maximin, S1 des retraités 83), et des contributions de deux militants académiques.
Le congrès s’ouvre dans un contexte marqué par les luttes des étudiants et personnels dans les universités. L’attitude de la direction du SNES, mais aussi de la FSU, laisse vraiment à désirer : non seulement pas de volonté de mobiliser ensemble tous les niveaux d’enseignement contre la réforme de la "masterisation", mais aussi opposition aux revendications de retrait de la "masterisation" portées par les luttes (ces deux aspects sont d’ailleurs liés !).
Nous étions cinq congressistes se réclamant d’Emancipation, et avons soumis plusieurs textes et analyses aux débats.
En préambule, les compléments sur le rapport d’activité de la direction (avec une progression des "Non") ont vu s’exprimer une série de critiques sur la stratégie actuelle du SNES et de la FSU : stratégie des grèves tous les deux mois et pas d’impulsion de l’auto-organisation, comédie du "dialogue social", coupure avec les luttes dans les universités…
Ensuite nous sommes passés au plat de résistance : les thèmes du congrès (voir plus haut).
Quelques mots sur deux autres débats importants :

1) La solidarité internationale et la lutte contre la répression :
Suite à une intervention d’un membre de l’Ecole Emancipée, le congrès adopte une motion unanime contre les tentatives d’intimidation visant Elie Domota, dirigeant du LKP guadeloupéen. En revanche, en fin de congrès, une motion du Front Unique que nous soutenons est refusée par la majorité, elle prend position pour le retrait des troupes de répression françaises de Guadeloupe, et plus généralement contre la répression du mouvement social guadeloupéen.
Notons aussi que le congrès a adopté à la majorité une motion commune Emancipation/EE/Front Unique sur la solidarité avec le peuple palestinien, et se prononçant clairement pour un boycott concret de l’Etat d’Israël à l’initiative du mouvement social (le texte est téléchargeable au bas de cette page).

2) L’action :
Notre tendance, au cours du débat sur l’action, a déposé un texte axé sur l’idée qu’il est de la responsabilité du SNES de prendre comme exemple la lutte des travailleurs guadeloupéens, aussi bien concernant les formes de luttes que les revendications (la motion UA expliquait quant à elle qu’il y avait une grève la semaine d’après…). Notre texte a recueilli 11 voix (téléchargeable lui aussi au bas de cette page).

Brèves Toutes les brèves