"concertation" dans les lycées : les masques tombent !

, par  Emancipation 83

Nous avons déjà indiqué notre point de vue sur la "concertation" dans les lycées de notre académie : elle recouvre la volonté de faire avaliser localement par les personnels les projets qu’ils ont combattu nationalement !
La "synthèse" rectorale est d’ailleurs éclairante à ce sujet (voir ci-dessous).
La seconde vague de demi-journées de "concertation" commence, nous publions ci-dessous l’analyse de notre collège Antonio Molfese du lycée Renoir. Il y fait aussi allusion aux débats du récent congrès académique du SNES.

Lors du dernier congrès départemental, nous avions avec les camarades d’Ecole Emancipée, Emancipation et Front Unique proposé au vote une motion demandant le retrait de la réforme Darcos, et dénonçant les consultations bidons organisées dans notre académie en demandant d’organiser leur boycott.

En ce sens, j’avais précisé qu’après enquête, notre académie paraissait faire partie des quelques unes seulement dans lesquelles cette consultation est organisée en France (à titre d’exemple, cette consultation n’a pas été organisée à Paris-Créteil). Ce qui suffit déjà à relativiser le caractère national de la consultation, et à mettre en doute sa représentativité réelle de la profession. D’autant plus que nos collègues du collège, ainsi que des universités n’ont pas été associés à cette consultation, alors qu’elle les concerne autant que nous. Et ne parlons même pas des établissements (y compris dans notre académie) qui n’ont pas organisé de consultation ...

En défendant cette motion, nous avons aussi insisté sur la stratégie de Darcos (car lui, il en a une ...) consistant à instrumentaliser ces consultations-bidons pour imposer localement des aspects de sa réforme qu’il a simplement repoussée d’un an. Nous avons exposé le procédé grossier qui allait être utilisé : à savoir faire apparaître (comme par magie) dans les résultats de cette consultation des points-clés de sa réforme, pour justifier ensuite leur expérimentation établissement par établissement, académie par académie, de manière à imposer "en douceur" (et sous couvert de "dialogue démocratique") des éléments de sa réforme pour aller ensuite vers son application généralisée.

La majorité du congrès du Snes, estimant sans doute que nous nous inquiétions pour trois fois rien, ont rejeté notre motion (ce qui est leur droit le plus absolu :-) , fort bien) ...

Or, que voit-on apparaître désormais sur le site de notre académie ????

Exactement ce que nous avions prévu (et dénoncé), à savoir un "premier bilan d’étape de la consultation des personnels enseignants et d’éducation en date de fin février 2009" disponible ici même :
http://www.ac-nice.fr/viescol/actu_reformelycee/bilan_consultation_perso.pdf

Or, que fait apparaître cette consultation (apparemment réalisée dans 70% des LGT de notre académie) ??? (suspense insoutenable) :
- "l’accompagnement à l’orientation de la part des professeurs" et son inclusion à inclure dans le "temps de travail"
- des "bilans de compétences" à l’entrée de la seconde (comme dans les lycées pro, les écoles primaires, etc. et accessoirement aussi comme dans les entreprises) dont nos collègues du primaire et de l’enseignement professionnel pensent le plus grand bien - "le parcours de la classe de seconde en deux ans" (et donc le retour du modulaire par la bande ...)
- plus clairement encore : des "options" ou des "modules" , des "dispositifs d’approfondissement ou de découverte" ....
- "une demande de formation des personnels à la prise en charge de la difficulté scolaire ou à l’orientation"
Au final : toutes les pièces de puzzle nécessaires pour reconstituer la réforme Darcos sans le dire ...
Et avec un argument en or : mais ce sont les enseignants eux-mêmes qui l’ont demandé !
On ne pourra pas dire que les tendances Ecole Emancipée, Emancipation et Front Unique n’auront pas prévenu ! Ni que nous avons halluciné la stratégie de Darcos ... Mais simplement exercé notre bon sens ...

En ce qui nous concerne à Renoir, nous avons décidé à l’unanimité aujourd’hui, sur la base de cette synthèse dans laquelle nous ne reconnaissons AUCUNE des réflexions que nous avons partagées lors de la première consultation, et parce que nous ne souhaitons pas servir de cobayes consentants à l’expérimentation d’une réforme que nous avons combattue, de boycotter toutes les prochaines consultations, et de n’y aller que pour corriger nos copies, en laissant l’institution se parler à elle-même dans ce monologue grotesque qu’elle veut faire passer pour un dialogue.

Nous avions en effet solennellement demandé par lettre adressée au Recteur, lors de la première consultation des garanties sur la transparence des modalités de cette consultation, ainsi qu’un contrôle paritaire de ses résultats.

N’ayant reçu à ce jour aucune réponse du proviseur et du recteur, nous estimons que ces consultations sont bidon, qu’elles n’ont d’autre but que de permettre l’expérimentation de la réforme Darcos et qu’il serait d’une confondante naïveté de se laisser prendre à ce piège grossier.

Par conséquent, nous décidons de les boycotter, nous invitons tous les collègues à en faire de même, et au Snes de soutenir notre démarche en dénonçant ce jeu de dupes.

Notre académie étant en effet pilote sur bien des points (par exemple elle fut l’une des premières à expérimenter la généralisation du bac pro en 3 ans, dont nos collègues des lycées pro souffrent considérablement car elle a détruit les conditions de leur enseignement), et étant l’une des premières académies à avoir mis en oeuvre cette consultation, nous avons le devoir d’envoyer un signal clair à Darcos et aux collègues des autres académies n’ayant pas encore pratiqué cette consultation.

Parce que nous ne voulons pas demain de la même réforme que nous avons combattue hier, boycottons ces consultations !
C’était déjà le sens de la motion défendue par Ecole Emancipée, Front unique et Emancipation, c’est maintenant une urgence bien réelle qui exige une riposte claire et nette de la part du syndicat que la profession a choisi de se donner.

Pour le S1 du lycée Renoir,

Antonio Molfese

Navigation