attaque sur les mutations : aussi dans le pemier degré

, par  Emancipation 83

ci-dessous un article à paraître dans le prochain numéro de "L’Emancipation syndicale et pédagogique", notre revue nationale.

Premier degré

{{}}

Mutations des enseignants : le cru 2009

Harmonisation… c’est nouveau leitmotiv de l’administration. Après "obéissance", nous voila entrés dans une nouvelle ère : celle de l’harmonisation… Au nom de cette harmonisation, académique dans un premier temps, puis nationale, dans un autre, tout lui est permis… et chaque département perd ainsi peu à peu ses spécificités…

En effet, gérés départementalement, nous avons chacun des règles administratives propres et différentes, règles qui sont bien entendu adoptées en CAPD (Commission Administrative Départementale Paritaire), modifiables et modifiées régulièrement lors de ces mêmes CAPD.
Il en va ainsi pour toutes les opérations administratives dont la plus importante reste le mouvement intra départemental…
Or cette année, après de multiples relances, nous avons enfin obtenu le 22 janvier dernier, un groupe de travail départemental pour mettre au point les éventuelles modifications des règles du mouvement.
Mais, en fait de mise au point, nous avons eu une véritable "mise à plat"… tout est modifié : calcul du barème, conditions et dates de saisie, conditions de nominations, gestion de certains postes, priorités cartes scolaires pour les postes du RASED (Réseau d’Aide Scolaire aux Élèves en Difficulté)…

Transformer la gestion des mutations…
Concernant les mutations des enseignants au niveau départemental, les effets ne se sont pas fait attendre :
- pour le barème, notre Inspecteur d’Académie disait : "nous devons harmoniser académiquement", donc dans le nouveau mode de calcul, nous ne tiendrons plus compte de la note pédagogique (sauf en cas d’égalité de barème), nous ajouterons des points pour les enfants à charge, nous modifierons le calcul des points AGS (Ancienneté Générale de Services).
Ce nouveau mode de calcul est plus que dérangeant car si nous devons retirer la note pédagogique du barème, pourquoi ne le faire que pour celui-ci, si nous devons accorder des points pour enfants à charge (à raison d’1/2 point par enfant), comment expliquer aux jeunes collègues sans enfants, ou encore aux collègues homosexuels ou stériles ce nouvel argument discriminatoire…
- pour les conditions et dates de saisie, notre Inspecteur d’Académie disait : "nous devons harmoniser nationalement et puis le ministère nous impose des dates et des nouvelles contraintes de saisie", donc il n’y aura plus qu’une seule saisie et un maximum de 30 vœux avec aucune possibilité d’annulation d’un seul vœu suite à l’envoi de l’accusé réception dans la boîte I-PROF…
- pour les conditions de nominations, notre Inspecteur d’Académie disait : "il n’est pas nécessaire de convoquer une CAPD en fin d’année scolaire pour la deuxième phase du mouvement, un groupe de travail restreint suffira à ces nominations".
En effet, nous savons très bien que le mouvement est une opération administrative très lourde qui se déroule en plusieurs phases (mouvement principal avec nomination à titre définitif en mai, puis mouvement secondaire avec nomination à titre provisoire en juin, puis dernière phase avec nomination à titre provisoire en août et en septembre). Toutes ces décisions sont bien évidemment prises en CAPD, où les élus du personnel peuvent remplir leur rôle et être consultés, chose totalement différente lors d’un groupe de travail restreint, qui n’est pas forcément composé d’élus du personnel, qui ne fait pas l’objet d’un compte-rendu officiel et qui ne prend surtout aucunes décisions.
- pour la gestion de certains postes, notre Inspecteur d’Académie disait : « nous bloquerons des postes pour les sortants d’IUFM ; il s’agira de postes fléchés langues ou des TRS (titulaires remplaçants de secteur) qu’ils obtiendront à titre provisoire pour une année ».
Il ne restera ainsi plus aucune marge de manœuvre et de possibilités pour les titulaires de changer de postes : en effet, avec ce nouveau barème et toutes les mesures de priorité carte scolaire (fermetures de postes et RASED) les mutations seront gravement limitées.

… pour casser le premier degré
Il est clair que tout ceci ouvre une voie royale à la mise en place des EPEP (Établissements Publics d’Enseignement Primaire) auprès desquels nous serons obligés de présenter des CV correspondant aux profils de postes établis par les équipes en place et validés par les Conseils d’Administration, où le corps enseignant sera minoritairement représenté et où les élus locaux auront une place prépondérante.
Cette harmonisation, de fait, nous conduira à devenir, dans un futur proche, très mobiles, nous obligeant à changer d’école régulièrement, en fonction des décisions de cartes scolaires prises d’un EPEP à un autre, ou bien au sein même de cet EPEP.
Cette mobilité se fera dans un premier temps au niveau départemental, puis académique pour se terminer sur un plan national, où nous pourrons présenter nos CV dans tous les EPEP de France, sans passer par un concours de recrutement, mais bien par un entretien et on aura mis fin aux spécificités du premier degré…

Sylvie Bourrély (Var)

Navigation