tribune libre à paraître dans le journal du SNUipp 83 (janvier 2009)

, par  Emancipation 83

Ci-dessous et en pièce jointe, la tribune libre d’Emancipation publiée dans le prochain numéro du journal départemental du SNUipp.

Contre le saccage de l’École

partageons les expériences pour lutter ensemble !

L’avalanche de réformes, de mesures qui s’abattent sur l’école de la maternelle à l’université nous disperse dans nos résistances. ChacunE dans son secteur se mobilise, avec des formes d’action variées. Mais toutes ces réformes apparemment sectorielles masquent un projet très cohérent. Face à une attaque globale il faut une riposte globale.

La réforme du recrutement et de la formation des enseignants (recrutement à Bac+5 - "mastérisation", disparition des IUFM et des stages pratiques), en menaçant le principe du recrutement de fonctionnaires titulaires par un concours national, met la touche finale à l’entreprise de démantèlement du système éducatif en France. Il s’agit de techniciser le métier d’enseignantE et de formater son apprentissage pour adapter les élèves aux contraintes du marché. Il s’agit aussi de répondre aux contraintes assignées par le traité de Lisbonne qui fixe l’harmonisation des systèmes éducatifs de l’Union en 2010. Il s’agit enfin de parachever la destruction des Services Publics et de tarir le recrutement des fonctionnaires.{{}}

La cohérence de ces réformes prend alors tout son sens :
-évacuer progressivement la prise en charge des petits par l’école maternelle pour la confier aux communes ou au privé (jardins d’éveil) ; supprimer l’aide aux élèves (réduction horaire et suppression des RASED) et la remplacer par une prétendue « aide personnalisée » ; restreindre l’éducation à des savoirs dits fondamentaux et à des comportements normalisés (lire, écrire, compter en primaire ; socle commun et note de vie scolaire en collège ; lycées au rabais et bac pro en 3 ans) ; uniformiser l’enseignement supérieur pour l’adapter à l’économie mondialisée en imposant une gestion entrepreneuriale et un recours systématique aux financements privés (fondations) ; déconcentrer le recrutement et la gestion des personnels et les confier aux collectivités locales qui les contractualisent (agence nationale de remplacement) ; individualiser les parcours professionnels des personnels en renforçant les pouvoirs hiérarchiques et en instituant les primes au mérite ; démanteler le caractère public et laïque du système d’Education (financement obligé du privé par les communes, disparition du monopole de la collation des diplômes, accords universitaires avec les états religieux : bac « franco-israélien » pour Darcos et reconnaissance des diplômes « profanes et canoniques » avec le Vatican ! )

Cette succession de mesures débouchera sur une aggravation de la ségrégation sociale, renforcera encore l’inégalité face à l’École et la mise en concurrence des établissements, instaurera un empilement de compétences au service d’une sélection basée sur une exploitation marchande des savoirs.

Seule une opposition collective, unifiante et interprofessionnelle pourra contrecarrer ces réformes néfastes. Il ne faut pas opposer les catégories (élèves, étudiantEs, familles et personnels) entre elles. Il faut informer, rappeler le droit universel à l’éducation, populariser partout où cela est possible les actes de désobéissance civile, et se préparer à une grève dure et durable.{{}}

Plus d’informations sur http://83.emancipation.fr.{{

Navigation

Brèves Toutes les brèves