Brignoles et Saint-Maximin : luttes à la rentrée !

, par  Emancipation 83

Contrairement à ce que peut proclamer le gouvernement, les "problèmes" dans nos établissements n’ont pas disparu à la rentrée. En témoignent ainsi dans notre département les luttes aux lycées de Brignoles et Saint-Maximin lors de cette rentrée.
Nous reproduisons ci-dessous un article publié dans le dernier bulletin de la FSU du Var à ce sujet.

Haut et Centre Var : la preuve par la lutte !

Lors de cette rentrée deux lycées, les lycées Raynouard (Brignoles) et Maurice Janetti (Saint-Maximin) ont été dans la lutte pour protester contre les conditions de la rentrée 2007. Rappelons que déjà l’année dernière plusieurs établissements du Haut et du Centre-Var avaient mené des actions contre les conditions de cette rentrée ; actions qui avaient vu la mise en place d’une coordination des établissements associant parents et personnels. Les luttes de ces deux établissements sont donc aussi le reflet du mécontentement des personnels, devant le refus systématique des autorités académiques et départementales de prendre en compte leurs revendications.

Des revendications différentes, mais qui reflètent un même refus
Les deux lycées avaient des revendications différentes :
- à Brignoles, le manque de moyens d’enseignement : revendication d’heures d’enseignement (des horaires réglementaires même pas respectés, des mélanges de classe de niveaux différents dans certains groupes…) et d’un poste de chef de travaux pour la SEP (Section d’enseignement personnel)
- à Saint-Maximin, le manque de personnels non-enseignant essentiellement (postes de TOS, d’assistant-e-s d’éducation, de Conseiller d’Education), ainsi que de documentation.

Mais dans les deux cas s’exprime le même refus d’un politique consistant à laisser les établissements gérer une pénurie organisée !

Des formes d’action convergentes
L’action des personnels a présenté de fortes similitudes dans les deux lycées :
- le rôle des Assemblées Générales avec les sections syndicales (le SNES et la CGT notamment), définissant localement les revendications ainsi que les formes d’action.
- le choix d’agir dès la rentrée pour frapper un grand coup, en mobilisant une partie importante des personnels.
- un report de la rentrée combiné à une interpellation des autorités compétentes (rectorat et Région) : suspension des cours à Brignoles, grève reconduite à Saint-Maximin (après deux jours de grève des profs, une grève des TOS soutenus par une caisse de grève organisant la solidarité).
- l’alliance avec les organisations de parents d’élèves.

Bilan et perspectives
A revendications différentes, résultats différents : à Brignoles des heures d’enseignement sont débloquées, à Saint-Maximin des personnels supplémentaires (malheureusement surtout précaires) sont obtenus.

L’action a ainsi permis des avancées ; ces avancées sont sans doute incomplètes et provisoires, mais elles montrent que la lutte paye, notamment quand elle prend la forme de la grève !

En tout cas ces premiers résultats nécessitent que les personnels en débattent pour envisager les suites, surtout que l’avenir ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices quand on voit le projet de budget pour 2008… rendez-vous donc pour de nouvelles actions en commun pour aller plus loin, pour faire aboutir les revendications !

Nicole Giaccomuzzo (lycée Raynouard) Quentin Dauphiné (lycée Maurice Janetti)

Navigation